Voir le diaporama d’images d’autrefois

Visiter l’Eglise du Haut

Visiter la Tour de l’Eglise

Découvrir les plans de la commune au XVIIIème siècle

Histoire de la commune


La commune de Saint-Léonard est située au confluent de deux vallées creusées au fil des temps par deux rivières, la liane et la rivière d'Echinghen. Elle fait partie de la banlieue de Boulogne et s'appelle HOCQUINGHEN au 13ème siècle. En 1626 le village compte 22 maisons.
En 1700, 116 habitants se livrent presque tous à la culture. Dès cette époque, il existe un moulin à Pont de Briques. Il y a aussi un autre moulin à Saint Léonard, alimenté par un bief prenant son origine dans la rivière d'Echinghen, connu de nos jours sous le nom de ruisseau de Saint Léonard ou ruisseau des A.P.O.
Ajoutons qu'on exploitait autrefois des salines dans la vallée de la liane, au pied de l'église.
En 1789, le village compte 28 " feux ". Avant la révolution, la commune fait partie du bailliage de Boulogne. Pendant la période révolutionnaire, elle s'appelle commune de Pont-de-briques. Elle compte alors 168 habitants qui deviendront 268 en 1847 et 283 en 1867. Vers 1880, le recensement décompte 306 habitants.
La croissance de la commune se fit surtout au 20ème siècle et surtout après la deuxième guerre mondiale où elle atteint 2000 habitants dans les années 1960 pour bondir à plus de 4000 habitants en 1973.
Le nom de Saint Léonard se substitua à celui d'Hocquinghen à la fin du moyen âge sans qu'aucune date précise puisse être avancée.
Le hameau du pont-feuillet, du nom du pont qui enjambe la rivière d'Echinghen, est habité depuis longtemps puisqu'un cimetière mérovingien y fut mis à jour en 1860.
L'Eglise remarquable, classée monument historique, fut brûlée par les anglais en 1644, lors du siège de Boulogne et reconstruite en style gothique au 16ème siècle. Les traces de l'église primitive persistent sur une face du vieux clocher dont la base date, elle, du 12ème siècle mais subit une modification au 19ème siècle qui la dota de ses curieux créneaux…
Le hameau de Pont de Briques est situé à l'intersection de voies romaines et permet de franchir la liane. Il forme la limite du domaine maritime. Il est certain qu'avant l'établissement des écluses sur la liane, la marée se faisait sentir jusque là. Les Patras de Campaigno, sénéchaux de Boulonnais, y firent construire un petit château au 18ème siècle.
Ce château fut loué en 1803 1804 à Napoléon, premier consul puis Empereur pour lui servir de quartier général. Il y passa soixante jours environ en de courts et multiples séjours afin d'y préparer l'invasion de l'Angleterre mais il ne passa jamais à l'exécution de ses plans. C'est là que naquit la " grande armée " qui s'illustra peu de temps après à Austerlitz.
Après l'épisode des camps de Boulogne, le château passa aux Duquesne de Clocheville puis aux " orphelinats catholiques Beaucerf" . Les bâtiments abritèrent les garçons de cette institution jusqu'en 1940, date de l'évacuation suite à l'avancée des troupes allemandes. Ils furent alors occupés par l'armée Allemande, puis, après la libération par des prisonniers qui déminaient. Le château s'endormit ensuite pendant de longues années, se dégradant de plus en plus. Il sera réhabilité en 2004 et les appartements de l'Empereur loués à la communauté d'agglomération de Boulogne.

Le château Napoléon de Saint-Léonard fut le quartier général de Napoléon durant le camp de Boulogne en 1804. Construit avec des pierres grises du pays sur le bord de la route de Paris, c'est un endroit particulier dans l'histoire du consulat et de l'empire, Napoléon l'ayant occupé presque pendant cent jours. C'est dans ce château que Napoléon a dicté plusieurs centaines de lettres et signé quelques 1500 décrets. En août 1805, Napoléon prit la décision capitale de renoncer à l'invasion de l'Angleterre, pour faire face à la coalition austro-Russe...


Durant le 19ème et la première partie du 20ème siècle, Saint Léonard abrita de nombreuses demeures bourgeoises, petits manoirs qui étaient lieux de villégiature. Ces maisons abritèrent nombre de personnages célèbres à un titre ou un autre. Mariette pacha séjourna à de nombreuses reprises au château du " pont-feuillet ". Le maréchal Franchet d'Esperey séjourna dans sa famille à la " maison Grandsire ". Richard Wagner vécut une quinzaine de jours à l'auberge du " petit caporal " qui avait été fondée par un ancien " grognard ". Il était venu rencontrer Meyerbeer à Boulogne…